Vers une augmentation des cambriolages en France ?

Le mot fait peur, les chiffres encore plus : il y a 243.500 cambriolages par an en France soit un cambriolage toutes les 90 secondes. La recrudescence des tentatives d’effractions (réussies ou avortées) a donné un coup de fouet au marché des alarmes et des portes blindées. Réaction paranoïaque ? Peut-être bien, mais force est de constater que les cambriolages sont en hausse constante : sur les 6 prochaines années, un Français a 1 chance sur 10 de se faire cambrioler. Comment expliquer cette hausse du nombre de cambriolages ? Comment se prémunir des intrusions ?

Typologie des cambriolages en France

On estime qu’en moyenne un cambriolage ne dure pas plus de 10 minutes ouverture comprise. La région la plus touchée est l’Ile-de-France avec un taux de 9,2 logements cambriolés pour 1000 (soit 0,92 %). Cependant, à Paris, le nombre des cambriolages est en baisse avec -10% par rapport à 2014. Une diminution qui peut s’expliquer par le renforcement policier mis en place dans le cadre de l’état d’urgence et particulièrement renforcé à Paris.

Pour comparer, la région Occitanie affiche un taux de  0,91% et 0,9% pour la région PACA alors que ces régions sont réputées pour afficher un taux élevé d’insécurité. A l’inverse, la Corse était la moins concernée avec 2,8 logements concernés sur 1000, derrière la Bretagne, deuxième région la moins touchée avec 3,9%.

Contrairement aux idées reçues, l’été n’est pas la saison la plus propice aux cambriolages. On recense d’avantages de tentatives d’effraction pendant le début d’année qu’en période estivale. Sont principalement visés les bijoux (54% des vols). Viennent ensuite le matériel Hifi et l’informatique.

La recrudescence des cambriolages ne s’expliquent pas nécessairement par une augmentation du nombre de cambrioleurs mais par une amélioration des techniques avec la pratique. Dans la seule ville de Lyon, deux hommes ont été arrêtés par la police, soupçonnés d’avoir commis quelques 67 cambriolages en quatre mois…

En France, les cibles de prédilection des cambrioleurs sont les résidences privées ou secondaires. On constate une augmentation des faits de 166 000 effractions en 2008 à 246 000 faits en 2013. Si la tendance s’est calmée en 2015 en ce qui concerne les résidences privées (mieux surveillées), c’est loin d’être le cas des résidences secondaires qui ont vu leurs cambriolages augmenter de plus de 41% par rapport à 2014.

Presque pas habitées pendant parfois des mois, les résidences secondaires sont une cible facile. Nombreux sont les particuliers qui mettent leur compteur électrique hors-service afin de faire des économies d’énergie. L’absence prolongée de lumière est un signal pour les rôdeurs qui y voient là la preuve d’un logement inoccupé et non surveillé.

Comment lutter contre les effractions ?

Sans céder à la panique et transformer sa maison en bunker post-apocalyptique, vous pouvez mettre en place un système de sécurité à la fois efficace et discret. La première chose à faire est la mise en place d’un système d’alarme pour les maisons.

Les portes blindées sont également conseillées surtout en appartement afin d’empêcher toute tentative d’intrusion. Pour ceux qui craignent de voir leur porte d’entrée transformée en coffre-fort de banque Suisse, rassurez-vous. Les technologies et les moyens actuels permettent un blindage efficace des portes tout en respectant l’aspect d’origine.